Voyage sur l’incroyable île de Cuba

Entourée des plages paradisiaques des Caraïbes, Cuba est la plus grande île des Antilles (1250 km). J’ai choisi Cuba pour son histoire, sa culture et ses paysages. Parmi les clichés que l’on connaît, Cuba est un réel dépaysement. Son  architecture coloniale souvent délabrée, sa population accueillante et ses innombrables couleurs sont de véritables pépites pour les yeux…

                                   

Avant de partir ?

Pour entrer sur le territoire Cubain, il est nécessaire d’obtenir un visa touristique valable 30 jours pour la somme de 25€. Présente-toi au Consulat Général de Cuba avec les papiers demandés et tu obtiendras un visa directement. Si t’es un lève tard, oublie la grasse matinée et actionne 10 réveils car le consulat n’est ouvert que de 9h à 12h, du lundi au vendredi.Pour ce voyage, aucun vaccin n’est obligatoire. Néanmoins, il est recommandé d’avoir fait les vaccins universels (DTCP, hépatite B), typhoïde et surtout, hépatite A.

À Cuba, il existe deux monnaies : le CUC, indexé sur le dollar (1 cuc = 1 dollar soit environ 1 euro) utilisé par les touristes et le CUP (1 cuc = 25 cup) utilisé par les Cubains. Il te sera impossible d’obtenir des CUC en France. Ramène tes Euros ou Dollars et tu pourras les changer à l’aéroport ou dans des “cadecas” situés dans le centre de chaque grande ville.

Pour profiter pleinement du voyage, j’ai réservé mes logements à l’avance chez l’habitant, appelés “Casas Particular”. Airbnb ou le site mycasaparticular proposent un large choix de casas. Tu peux y aller également sans réservation, tu trouveras toujours des gens pour t’héberger.

En ce qui concerne les transports, il faut bien y réfléchir avant. Si j’avais été toute seule, j’aurais opté pour les bus de la compagnie Viazul et les taxis colectivos. Cependant, malgré son prix onéreux et le peu de choix, nous avons opté par la location de voiture. Cela nous a permis de voir un maximum de choses sans forcément suivre les circuits touristiques. Par chance, il restait des disponibilités mais je te conseille de réserver le plus tôt possible en prenant rendez-vous avec la compagnie de voyage Havanatur ou NovelaCuba.

Enfin, si tu as procrastiné la préparation d’un itinéraire, je te conseille de suivre le mien. Je me suis inspirée des nombreux forums, groupes Facebook, blogs voyage et bien sûr l’indispensable Lonely Planet.

Quel itinéraire ?

Jour 1 :  La Havane

J’ai préféré réserver la Havane pour la fin de séjour. Mais nous avons passé notre première  journée là-bas et ça suffit amplement pour pénétrer dans l’atmosphère Cubaine. Ses façades baroques délabrées, ses couleurs chaudes ainsi que les cris des enfants qui jouent dans la rue… Cette ville regorge de détails qui ont été de véritables sources d’inspiration pour mes clichés. Nous avons logé dans la Casa Densil, la plus belle de toutes.

 

 

Jour 2 – 3 : Trinidad

Retour dans le passé où les chevaux remplacent les voitures et les pavés, le béton : Bienvenido a Trinidad !

Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, cette petite ville coloniale vaut vraiment le détour ! Deux jours suffisent pour se perdre dans le centre historique, apprécier un coucher de soleil sur les toits et apprivoiser les différentes soirées salsa.

Nous nous sommes logées à l’Hostal Las Palmas, qui se trouve à 2 minutes du centre historique et 10 minutes de la playa Ancon. Cette plage est assez touristique mais parfaite pour se prélasser dans le sable blanc, un lendemain de soirée.

Jour 4 – 5 : Cienfuegos & Playa Larga

Avant de commencer à savourer les belles plages des Caraïbes, nous faisons un passage express à Cienfuegos ou “la Perle du sud”. Après la Havane et Trinidad, cette ville portuaire est la troisième à avoir reçu les égards de l’UNESCO en 2005. Je te conseille d’aller sur le Parque José Marti où tu peux visiter le Palacio Ferrer, le théâtre Terry où l’architecture est  inspirée par son fondateur français Don Luis D’Clouet.

Une dernière Pina Colada (sans alcool) avant de reprendre la route vers Playa Larga. Hormis ces plages magnifiques, cette partie de la province de Mantazas est connue pour le Parc National de la Cienaga de Zapata. Accompagné d’un guide, nous avons longé les 15 km du secteur Salinas de Brito. Pendant 4 heures, nous avons observé de nombreux oiseaux tels que le Zun Zun, le Colibris et l’oiseau emblématique de Cuba, le Tocotoco. Nous avons également pu observer quelques flamands roses mais ayant migré au nord du pays, ces derniers n’étaient pas bien nombreux. Bien que touristiques, tu peux continuer ta journée en te rendant dans la piscine naturelle “La Cuevos de los peces, la baie des cochons et  te prélasser face au coucher de soleil à Punta Perdiz.

Jour 6 – 7 : Viñales

Malgré un temps pluvieux, nous avons parcouru 315 km pour arriver à Viñales. Beaucoup de personnes parlent de cette partie de Pinar del Rio comme étant un endroit à voir absolument. Personnellement, j’ai beaucoup appris sur la fabrication de cigares et de café mais j’ai eu l’impression étrange que c’était un piège à touriste. Nous nous sommes logées dans la Casa de Manzana où l’on peut prendre un petit déjeuner face aux incroyables mogotes.

Jour 8-9-10 : La Havane

La pluie nous a empêché de terminer notre périple par la visite de Cayo Levisa ou Jutias. Nous avons rebroussé chemin à la Havane pour déposer la voiture. De retour à la Casa Densil, nous avons fait la rencontre de Cubains. Ils nous ont invités chez eux pour assister à un rituel Orishas. Vêtus de blanc, les cubains dansent pendant une soirée sur les percussions dont l’objectif est de se purifier et célébrer ensemble les divinités. Malheureusement, je n’ai pas pu prendre de photos de l’événement. Tu pourras avoir un aperçu très rapide dans la vidéo plus haut.

En trois jours, tu auras le temps de visiter les quartiers principaux de la Havane : Viejo Habana, Centro Habana et le Vedado.

S’il y a bien endroit où il faut absolument sortir, c’est bien à la Fabrica del Arte Cubano. Située dans le quartier du Vedado, cette ancienne usine fut réhabilitée en galeries d’art et salles de concert. En sirotant un mojito, on découvre un live de percussion, un atelier de sérigraphie et exposition photographique.

Ces 10 jours à Cuba ont été un réel enrichissement. J’ai souvent eu l’impression de faire un bond en arrière, dans une époque où il n’y a ni internet ni matraquage publicitaire. Bien que l’île se développe, son approvisionnement reste tout de même assez rudimentaire. Il suffit d’entrer dans le peu de magasins présents pour se rendre compte qu’ils n’ont pas beaucoup de choix. Malgré un modèle social basé sur la santé, l’éducation pour tous, on ressent tout de même un décalage. Les jeunes n’ont pas de travail ou vivent principalement du tourisme.

Une heure avant le départ, on a visité la Callejon de Hamel (à voir absolument ! ) où je suis tombée sur la phrase suivante : “La vida es un paso, la muerte una carrera”. Je l’ai interprété en me disant que la vie est trop courte pour ne pas faire ce que l’on aime. Ce qui veut dire.. continuer de découvrir notre planète ! Et toi, c’est quoi ton prochain voyage ? Es-tu déjà allé à Cuba ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *